Esméralda Mouton (Paris-Diderot 2017) – La figure du martyr dans Richard II de Shakespeare (d’après The Hollow Crown, BBC)

Dans le cadre du séminaire
« Dire Dieu, dire les dieux » (L2-L3, Littérature, arts et mythologie),
dirigé par Riccardo Raimondo à l’Université Paris-Diderot,
UFR LAC (Lettres, Arts et Cinéma, 2016-2017)

Étude à partir de The Hollow Crown (BBC)

Toutes les images de The Hollow Crown sont des captures d’écran en raison du manque de documentation visuelle disponible. Il est donc possible que la couleur diffère d’avec le téléfilm pour des raisons de lisibilité de l’image.

*

« Let’s talk of graves, of worms and epitaths » [1], ainsi débute le téléfilm Richard II [2]. Le réalisateur reprend directement un vers de la pièce de Shakespeare. Ces quelques mots résument à merveille la Guerre des Roses que nous connaissons aujourd’hui bien plus grâce à l’œuvre de Shakespeare que grâce aux historiens. Conflit opposant les familles Lancastre et York pour obtenir la couronne, il s’agit d’une lutte fratricide puisque les deux familles n’en forment à l’origine qu’une seule. William Shakespeare porte cette guerre sur la scène à travers plus de six pièces historiques, traitant d’un roi et parfois divisée en deux à trois parties.

The Hollow Crown  est une série composée de sept téléfilms produits par la BBC et retraçant la Guerre des Roses à travers les pièces de Shakespeare, de Richard II à Richard III. La totalité du texte est reprise et portée à l’écran, ce qui permet de ne rien perdre des vers shakespeariens et de leur profondeur tout en ajoutant visuellement de nouveaux éléments d’analyse. C’est pourquoi l’étude qui suit portera sur l’adaptation télévisée de Richard II et non directement sur la pièce, afin de mettre en avant les dialogues mais aussi les jeux de caméra, la gestuelle et  tous les éléments de l’ordre du visuel.

L’action débute au château de Windsor alors que Henry Bolingbroke, cousin du roi, et Thomas Mowbray s’accusent mutuellement de trahison. Richard II les condamne tous deux à l’exil après les avoir fait jouter pour défendre leur honneur. Lorsque le père de Bolingbroke meurt, le roi récupère ses biens pour financer une guerre contre l’Irlande. Bolingbroke revient et, se retrouvant spolié de tous ses biens, décide de revendiquer ses titres. Il rassemble les nobles autour de lui et usurpe la couronne. Richard II est renversé, emprisonné et meurt assassiné au nom de Bolingbroke devenu le roi Henry IV. 

Le motif de la trahison et du poète bafoué est employé tout au long du téléfilm pour présenter le personnage de Richard II comme celui de victime. Jusqu’à lui conférer une dimension plus biblique, à tel point que l’on peut se poser la question suivante : en quoi le personnage de Richard II est-il associé à la figure du martyr dans l’adaptation de la BBC The Hollow Crown ? 

Afin de répondre à cette interrogation, il faudra se pencher sur les deux figures de martyrs auxquelles Richard II est comparée ainsi que sur ce que cette comparaison nous apprend du personnage.

Le téléfilm The Hollow Crown  rapproche les figures de Saint Sébastien et du roi, ajoutant une dimension nouvelle à Richard II auquel Shakespeare confère une dimension christique dans sa pièce. Mais ces comparaisons comportent des limites car le personnage shakespearien ne correspond pas totalement à la figure du martyr, créant un portrait contrasté du souverain déchu.

Etymologiquement, martyr vient du grec « martus, uros » qui signifie « témoin » et désigne une personne qui a souffert la mort pour sa foi religieuse ou pour une cause à laquelle la personne se sacrifie. Dans la religion chrétienne, le martyr est quelqu’un qui a payé de sa vie sa fidélité au Christ ou à l’évangile. Il s’agit donc d’un être humain qui est mort pour défendre une croyance, religieuse ou non. Le personnage du martyr a tenu une grande place dans la culture occidentale, notamment dans la religion catholique parce qu’il illustre la force de la foi qui dépasse la peur de la mort, la puissance de la conviction. L’homme meurt mais les idées restent. Certains martyrs deviennent des saints et des modèles permettant de rappeler aux autres l’importance du sacrifice et de la conviction en une cause jugée juste. Mais, comme l’explique Frank Lestringant, pour que le martyr soit reconnu, il faut encore qu’il soit victime de l’injustice de la société.

Saint Sébastien, patron des archers et des fantassins, illustre le motif de l’injustice et de la trahison de la société. Centurion sous Dioclétien, il défend les catholiques durant les persécutions et est donc condamné à être attaché à un poteau et  criblé de flèches par ses propres soldats.  Miraculeusement guéri de ses blessures, il est tué à coups de verge et abandonné dans les égouts. Cette figure de martyr se retrouve dans The Hollow Crown pour former un parallèle avec le personnage de Richard II. Les deux personnages ont été trahis par leur entourage et condamnés à mort pour avoir défendu leurs idées. Une scène au commencement met en avant ce rapprochement entre le martyr et le souverain.

Au début du téléfilm, Richard II assiste à la conception d’une peinture représentant Saint Sébastien. La caméra glisse du bas vers le haut du tableau, partant du pagne pour remonter vers le torse blessé du martyr, permettant de voir avec précision ses blessures avant de remonter vers son visage aux traits esquissés, à mi-chemin entre ceux du modèle et ceux du roi. Ce dernier s’approche du modèle, un jeune homme aux longs cheveux sur lequel sont disposées des flèches à l’aide d’un jeu de sangles et pose son index sous la flèche la plus basse, touche du bout du doigt la peinture rouge utilisée pour symboliser le sang. Le geste est lent, méditatif et l’index de Richard II est rougi d’une tâche qui ne s’efface pas quand il la frotte. Symboliquement, le roi ensanglante ses doigts ce qui est un mauvais présage et la suite nous apprend que ce sang sera le sien. Richard II assiste donc à la représentation de sa propre mort et y participe puisque l’on peut penser que c’est lui qui a commandé le tableau.

Cette scène trouve son écho dans la fin du téléfilm, lorsque Richard II, après avoir été renversé, est emprisonné dans ce qui ressemble à une grotte. On le découvre très amaigri et vêtu d’un pagne blanc, réfléchissant à sa situation. Un geôlier vient lui rendre visite et lui parle de son cheval, maintenant celui de l’usurpateur et qui se laisse monter sans rechigner. Puis Exton, un ancien favori de Richard, arrive avec plusieurs hommes pour le tuer afin de gagner les faveurs du nouveau roi. En l’espace de quelques minutes, Richard est trahi deux fois, par l’animal puis par l’homme, tous les deux soumis à qui possède le pouvoir. Tout comme Saint Sébastien est criblé de flèches par ses soldats, Richard est assassiné par ceux qui lui avaient d’abord juré fidélité.

Pour achever le parallèle entre ces deux figures d’homme trahi par les siens, Richard est tué par trois carreaux d’arbalètes, disposés aux mêmes endroits que sur le tableau au début du téléfilm. La scène peinte devient donc bien réelle et Richard devient une représentation vivante de Saint Sébastien.

Cependant, si le rapprochement entre le roi renversé et le centurion trahi est visuellement très présent dans The Hollow Crown, Saint Sébastien n’est pas le seul martyr auquel Richard est comparé dans l’œuvre. Que ce soit dans la représentation visuelle ou dans le texte, le personnage de Richard II s’enveloppe d’une dimension christique.

Dès la première image du téléfilm, Richard II est associé à Jésus Christ et plus particulièrement, au Christ sur la croix. Tandis que la voix du roi résonne et parle de la fragilité du pouvoir royal,  la caméra passe le long d’un plafond où est représenté Jésus crucifié. Cela peut donner l’impression que les paroles prononcées viennent de lui ou de Dieu car le souverain est censé être désigné par Dieu.  La caméra glisse le long d’un mur, de la croix vers le trône où siège Richard II. La scène d’ouverture présente donc un lien direct entre le Christ et le roi, une comparaison qui va se poursuivre tout au long de l’œuvre dans le texte comme visuellement. C’est sur ce dernier point que nous allons nous concentrer en premier lieu en étudiant une scène en particulier : le moment où Richard doit donner sa couronne à Bolingbroke.

Lorsque Richard arrive pour remettre la couronne à son cousin usurpateur, son habit qui était auparavant dans les tons jaunes à laisser place à grande robe blanche aux broderies dorées, couleurs qui peuvent symboliser la pureté et la sainteté. Il est pieds nus et son attitude est humble. Avant de finalement remettre la couronne à Bolingbroke, Richard tient un long discours sur la perte de son identité et s’adresse à la foule des nobles assemblés et qui l’ont trahi. Les bras en croix et les paumes ouvertes, il revendique son statut de seul roi légitime. La couronne trace comme une auréole au-dessus de sa tête. Sa posture est semblable à celle de Jésus Christ comme le montre le calque ci-dessous. Richard ne se présente pas comme un martyr mais comme le fils de Dieu, le sacrifié ultime.

Puis, il se laisse tomber sur le sol, les bras toujours écartés et la couronne près de lui. Bolingbroke se tient au niveau de sa tête. Le dallage trace une colonne verticale qui prolonge le corps du monarque déchu, comme le pilier de la croix tandis que l’ombre des bras en dessine la partie horizontale. Tout le corps de Richard symbolise son martyre.

La sélection d’essais critiques Shakespeare Richard II de Nicolas Brooke rassemble les références bibliques présentes dans le texte de la pièce (et donc du téléfilm) et les analyse, permettant de mettre en avant le rapprochement entre Richard II et Jésus Christ.  D’ailleurs, il ne s’agit pas tant de comparer directement le souverain renversé avec le fils de Dieu mais de rapprocher les figures de traitres autour de ces deux personnages. Dans la deuxième scène de l’acte III, les anciens ministres de Richard II, Bagot, Bushy et Green sont comparés par le roi disgracié à Judas : « Three Judases, each one thrice worse than Judas » [3].

Cette comparaison s’étend ensuite à l’ensemble des nobles qui se sont ralliés à Bolingbroke :

I well remember
The flavours of these men. Were they not mine ?
Did they not sometime cry « All hail ! » to me ?
So Judas did to Christ; but He, in twelve,
Found truth in all but one, I, in twelve thousand, none 

Mais je me souviens bien
du visage de ces hommes que j’ai comblés. N’étaient-ils pas à moi ?
Ne me criaient-ils pas naguère : “Salut à toi ! ” ?
Comme Judas au Christ. Mais lui, sur douze,
les trouva tous fidèles sauf un ; moi, sur douze mille, aucun.

(Act IV, sc 1)[4]

Ce parallèle que Richard fait entre la trahison de Judas et celle de ses sujets permet de mettre en évidence l’hypocrisie dont il se sent la victime mais aussi de le placer comme dans une situation pire que celle de Jésus puisque lui ne trouve de soutien chez personne. Il ne s’agit pas seulement d’un rapprochement entre le Christ et Richard mais d’une comparaison des souffrances en faveur du souverain déchu.  De plus, il induit la notion de péché et d’indifférence puisqu’après Judas, c’est à Ponce Pilate qu’il compare la cour.

Some of you with Pilate wash your hands
Showing an outward pity; yet you Pilates
Have here deliver’d me to my sour cross
And water cannot wash away your sin.

Certains, comme Pilate, s’en lavent les mains,
En montrant un semblant de pitié. C’est vous, Pilates,
Qui m’avez livré à ma croix amère,
Et l’eau ne vous lavera pas de votre péché.

(Act IV, sc 1) [5]

Richard cherche par ses comparaisons à mettre en avant la royauté de droit divin, le fait que c’est Dieu qui choisit le souverain et qu’en le renversant, les nobles vont à l’encontre de Ses décisions. A l’époque élisabéthaine et donc lorsque Shakespeare écrit Richard II dont le texte est repris dans The Hollow Crown, s’attaquer au souverain équivaut à s’attaquer à Dieu  « The violence and injury that is committed against authority is committed against God » [6].

Richard II se présente donc bien comme un martyr, il défend une cause (la monarchie de droit divin), il est victime de l’injustice des hommes et sa mort même est celle d’un martyr célèbre. De plus, tout comme un martyr, sa souffrance délivre une leçon que nous allons analyser ici.

A propos des martyrs, Frank Lestringant s’exprime en ces termes : il suffit que les fidèles persécutés soient saisis par la justice humaine, et les voilà, du simple fait de ce contact, transformés en or[7].  Pour qu’un martyr soit reconnu comme tel, il faut donc qu’ils soient jugés injustement  et condamnés. Ainsi, Richard est nié en tant que roi mais glorifié dans la Mort et la souffrance, ce n’est que lorsqu’il est renversé qu’il acquière de la profondeur et que l’on reconnaît sa légitimité en tant que souverain. Par son martyre, Richard délivre aussi un message tout comme Jésus. L’anthropologue et philosophe français René Girard explique dans son ouvrage Le sacrifice que « Le Christ nous oblige à regarder en face la violence destructrice que nous ne voulons pas voir ». De la même façon, Richard II met en évidence l’instabilité du pouvoir royal et la versatilité des nobles. Il insiste sur le fait que ceux qui l’ont trahi l’ont d’abord adulé et dans la Mort, il montre que la vie d’un roi ou d’un ancien roi ne tient qu’à peu de choses puisque même s’il a été souverain d’Angleterre, il meurt amaigri et criblé de carreaux comme un animal ou un vulgaire prisonnier.

La dernière scène du téléfilm illustre bien cette idée que Richard porte un message dans la Mort. L’ancien favori de Richard II, après l’avoir tué, traîne son corps dans un cercueil qu’il dépose aux pieds de Bolingbroke devenu Henry IV, revendique le meurtre au nom du roi. Le cercueil est ouvert pour dévoiler le corps du monarque déchu et se situe à l’exacte place où Richard s’était étendu après avoir rendu la couronne. Bolingbroke se trouve là aussi au niveau de sa tête, en témoin de l’instabilité de sa position car si le roi qu’il a renversé se trouve à ses pieds et assassiné alors lui-même peut connaître le même sort. Tout comme les représentations de Jésus sur la croix nous rappellent son sacrifice, Richard gisant dans ce cercueil en dernière image délivre une leçon.

Richard II est donc associé au martyr que ce soit visuellement ou dans ses propos puisque lui-même se compare à Jésus Christ plus ou moins directement. Néanmoins, peut-on vraiment dire que le personnage de Richard II corresponde totalement à la figure du martyr ?

Même si de nombreux éléments rapprochent le personnage de Richard II d’avec la figure du martyr, le souverain ne peut pour autant être pleinement qualifié comme tel, en tout premier lieu parce qu’il n’est pas innocent. Selon René Girard,  « le plus important est le mode de désignation de la victime. Le groupe qui se livre au « lynchage originel » doit ignorer que la victime est innocente ; il faut que le groupe la croie coupable, et désignée de manière divine. »  L’’innocence de la victime est primordiale pour souligner l’injustice de la société qui condamne un faux coupable. Or, Richard a beau se comparer à Jésus Christ, il n’est pas innocent puisque s’il est renversé par Bolingbroke et humilié, c’est parce qu’au départ, il a bafoué les droits de son cousin en récupérant ses biens. Richard est donc puni pour avoir volé Bolingbroke, il mérite en partie ce qui lui arrive par la suite.

De plus, René Girard amène un autre élément qui empêche de considérer Richard II comme un personnage à dimension christique. « Jésus n’est pas un bouc émissaire comme les autres. Victime et bouc émissaire volontaire, il s’est désigné lui-même. Sa mort signifie et annonce que, désormais le mécanisme même du sacrifice, de l’unité sociale fondée sur la violence, ne fonctionne plus. » Le martyre du Christ était un choix et il a eu un impact. Or, non seulement la souffrance de Richard II n’empêche pas que des souverains ultérieurs subissent le même sort mais le roi renversé est loin d’avoir accepté ce qui lui arrive. Certes, Richard II défend une cause, celle de la monarchie de droit divin mais ce n’est pas tant pour perpétuer une tradition que pour reprendre la couronne pour lui-même. La motivation du personnage shakespearien est égoïste, ce qui n’est pas acceptable chez un martyr.

L’adaptation télévisuelle de Richard II par la BBC est donc riche de nombreuses allusions à un Richard martyr, jouant sur les postures et les situations pour mieux accompagner un texte où le personnage lui-même file la comparaison. Mais si les références sont nombreuses, c’est pour mieux souligner la fragilité d’un homme qui cache ses fautes derrière son droit divin. Le masque christique se craquelle tant les accusations contre les traitres sont nombreuses. A trop se revendiquer martyr, Richard II ne fait que souligner ses faiblesses. Mais n’est-ce pas justement son ambigüité qui rend le personnage si profond ?

Esméralda Mouton (Étudiante, Paris-Diderot 2017)


BIBLIOGRAPHIE

*

Sur Richard II

BROOKE, Nicolas: Shakespeare Richard II, « The Linked Analogies of Richard II », Londres, éd. Casabook Series, 1973.

GOOLD, Rupert: The Hollow Crown. Richard II, London, BBC, 2012.

SHAKESPEARE, William : Richard II (Acte III, scène 2, 145), trad. franç. de Jean-Michel Déprats, Paris, éd. Gallimard, coll. « Folio théâtre », 1998.

*

Sur le martyr

ARAMA, Fanny : « Franck Lestringant s’enquiert du  “plaisir d’être martyrs ” », Acta fabula, vol 17, n°4, août-septembre 2016 [en ligne : fabula.org].

GIRARD, René : Le sacrifice,  Paris, éd. Bibliothèque Nationale, coll. « Grandes conférences », 2003.

HUNKELER, Thomas : « Frank Lestringant, Lumière des martyrs. Essai sur le martyre au siècle des Réformes » Revue de l’histoire des religions, n°3, 22 janvier 2010 [en ligne : revues.org].

LESTRINGANT, Frank : Lumière des martyrs. Essai sur le martyre au siècle des Réformes, Paris, éd. Honoré Champion, 2004.

PHILIPOTEAUX (abbé) : Histoire de Saint Sébastien, sa vie, ses reliques, ses confréries, Paris, impr. de Renou et Maulde, 1871 [en ligne : gallica.bnf.fr].

SORMAN, Guy : Les vrais penseurs de notre temps, Chapitre 10 « Religion : René Girard, la violence fondatrice », Paris, éd Fayard, 1989.

*

Toutes les images de The Hollow Crown sont des captures d’écran en raison du manque de documentation visuelle disponible. Il est donc possible que la couleur diffère d’avec le téléfilm pour des raisons de lisibilité de l’image.


NOTES

[1] Cfr. fr. « Parlons de vers, de tombeaux et d’épitaphes » [William Shakespeare, Richard II (Acte III, scène 2, v. 145), trad. franç. de Jean-Michel Déprats, Paris, éd. Gallimard, coll. « Folio théâtre », 1998, p. 185]

[2] Rupert GOOLD: The Hollow Crown. Richard II, London, BBC, 2012.

[3] Cfr fr. « Trois Judas, chacun trois fois pire que Judas ! » [William SHAKESPEARE, Richard II (Acte III, scène 2, v. 132), trad. franç. de Jean-Michel Déprats, Paris, éd. Gallimard, coll. « Folio théâtre », 1998, p. 185.

[4] William SHAKESPEARE, Richard II (Acte IV, scène 1, v. 167-171), trad. franç. de Jean-Michel Déprats, Paris, éd. Gallimard, coll. « Folio théâtre », 1998, p. 239.

[5] William SHAKESPEARE, Richard II (Acte IV, scène 1, v. 238-241), trad. franç. de Jean-Michel Déprats, cit., p. 245.

[6] Cfr. fr. «Le crime et l’injustice commises envers l’autorité sont commises envers Dieu» [Sermons or homilies appointed to be read in churches in the time of Queen Elizabeth of famous memory, Oxford, the University Press, 1840, p. 94].

[7] Fanny ARAMA : « Franck Lestringant s’enquiert du « plaisir d’être martyrs » », Acta Fabula, vol. 17, n° 4 (août-septembre 2016).

 


Riccardo Raimondo

Igne Natura Renovata Integra

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aziz dit :

    J’adore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.