Notions théoriques: Expériences mystiques à travers les arts et les littératures [Ressources Pédagogiques]

*

Télécharger la Fiche pédagogique Expériences mystiques à travers les arts et les littératures

*

Dérivé du verbe grec muô qui signifie « fermer ses yeux ou ses lèvres », le nom mustèrion a pour signification fondamentale la notion de secret. Il s’est trouvé très tôt associé au domaine religieux pour désigner des rites athéniens sous le nom de « mystères » d’Eleusis, consistant en une cérémonie où l’initié peut « voir » ce qui est caché à la vue des autres et ce qu’il doit ensuite taire. A la clé de la mystique se trouve ainsi l’idée d’une incommunicabilité, au départ conventionnelle, mais bientôt structurelle. En effet, si aux époques hellénistique et romaine, le domaine d’application de ce terme s’élargit pour désigner une catégorie particulière de religions dont l’institution repose sur l’initiation et le secret – les religions à mystère –, ce n’est qu’à partir de l’époque médiévale que la « mystique » servira à désigner une expérience religieuse personnelle intense en présence du divin, mettant au défi les capacités du langage à exprimer cette expérience ou à la représenter.

C’est sous ce second aspect que la « mystique » nous apparaît aujourd’hui. En effet, nous ne voulons pas aborder la mystique sous son aspect religieux ou communautaire, mais en ce qu’elle décrit une expérience individuelle et dans la seule perspective de son expression langagière et esthétique. Elle nous intéresse donc en ce qu’elle intervient dans une dynamique, d’une part, de création littéraire et artistique, d’autre part, de renouvellement et de réécriture au fil de l’histoire.

*

Les mots n’en finissent pas de s’en aller. […] Cette mouvance s’infiltre entre eux et les déplace par leur seul rapprochement. Elle ne cesse de bouger le langage par un effet de commencement, mais un commencement qui n’est jamais là, jamais présent […] Une opération se substitue au Nom. À cet égard, la phrase mystique est un artefact du Silence. Elle produit du silence dans la rumeur des mots, à la façon dont un « disque de silence » marque une faille dans les bruits d’une salle de café. C’est un tour mystique.

[Michel de Certeau, La fable mystique, I (XVIe-XVIIe), Paris, Gallimard, 1982]


Riccardo Raimondo

Igne Natura Renovata Integra

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *