Notions théoriques: vers une nouvelle mythocritique [Ressources Pédagogiques]

*

Télécharger la Fiche pédagogique Vers une nouvelle mythocritique

*

Le mythe – source originaire de connaissance, et pour cette raison, élément primordiale de la mentalité humaine – est constitué par une constellation de mythèmes (métaphores, thèmes, motifs, types, schèmes, symboles, etc.). Au fil de l’histoire, le mythe se « dégrade » et est décliné en plusieurs variantes dont il représente l’archétype, la forme originaire.

*

La mythocritique définie par Gilbert Durand

Méthode de critique littéraire ou artistique qui centre le processus compréhensif sur le récit mythique inhérent à la signification de tout récit… Structures, histoire ou milieu socio-historique, tout comme appareil psychique, sont indissociables et fondent l’ensemble compréhensif ou significatif de l’œuvre d’art et spécialement du « récit » littéraire. Chaque séquence lue constitue un « mythème » – et son décor mythique… – et les « mythèmes » en nombre très limité … s’articulent selon certains grands mythes qui présentent une certaine constance à une époque et en une culture déterminée… ou tout au moins au cours d’une génération culturelle… La « mythocritique » va donc d’emblée chercher l’être même de l’œuvre dans la confrontation de l’univers mythique qui forme le « goût » ou la compréhension du lecteur, et l’univers mythique qui émerge de la lecture de telle œuvre déterminée…

Méthodologiquement l’approche de l’œuvre peut se faire en trois temps qui décomposent les strates mythémiques :

1° / D’abord par un relevé des « thèmes », voire des motifs redondants, sinon « obsédants » (Ch. Mauron, P. Sorokin), qui constituent les synchronicités mythiques de l’œuvre.

2° / Ensuite l’on peut examiner dans le même esprit les situations et les combinatoires de situation des personnages et des décors (E. Souriau, G. Bachelard, G. Durand)

3° / Enfin l’on peut, en utilisant un type de traitement « à l’américaine » tel celui que fait subir Lévi-Strauss au mythe d’Œdipe, repérer les leçons différentes du mythe (diachronicité) et les corrélations de telle leçon d’un mythe avec tels autres mythes d’une époque ou d’un espace culturel bien déterminés.

Par le double effet de cette approche mythocritique de l’œuvre d’une part et de l’autre par la confrontation avec le « moment mythique » de la lecture et de la situation du lecteur présent, l’on obtient des conclusions intéressantes soit par la constitution d’un Atlas délimité des mythèmes et des situations mythiques ou mythologiques, soit quant aux structures profondes de l’œuvre et aux rapports de goûts qui peuvent exister entre tel moment de lecture et tel moment d’écriture (ou première lecture). Par exemple l’on s’aperçoit que le nombre limité de mythes possibles – tels que les définissent d’ailleurs les différents mythologues des grandes civilisations : grecque, latine, amérindiennes, égyptienne, indoue, africaines, polynésiennes, sino-thibétaines, ouralo-altaïques, etc… – exige des réinvestissements mythiques constants et répétés au cours de l’histoire d’une même culture, et explique les différentes « renaissances » ou redécouvertes. L’on s’aperçoit également que les genres littéraires et artistiques, les styles, les modes, les idiotismes répondent aussi à ces phénomènes de concentration et de résurgence mythologiques. […] La mythocritique met en évidence, chez un auteur, dans une œuvre d’une époque et d’un milieu donnés les mythes directeurs et leurs transformations significatives. Elle permet de montrer comment tel trait de caractère personnel de l’auteur contribue à la transformation de la mythologie en place, ou au contraire accentue tel ou tel mythe directeur en place. Elle montre également – et cela en opposition avec un culturalisme trop simplificateur – que chaque moment culturel a une certaine épaisseur mythique où se combinent et s’affrontent (comme Nietzsche l’avait génialement pressenti pour la Tragédie grecque) des mythes différents.

[Gilbert DURAND, « À propos du vocabulaire de l’imaginaire. Mythe, Mythanalyse, Mythocritique » in Recherches et Travaux, L’Imaginaire, bulletin n° 15, 1977]


Riccardo Raimondo

Igne Natura Renovata Integra

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *